•   Enfin. Enfin. Enfin. J'ai cousu du jersey avec un résultat convenable. C'est mon bon ami qui en a fait les frais, puisque cela faisait une paye que je lui avais promis de nouveaux maillots de corps à l'aide du livre Casual Wear - Homme de Christelle Beneytout et Fanny Darruau aux éditions Eyrolles.

      C'est le modèle de T-shirt à col V, en taille 38. D'après le tableau de taille le 36 aurait théoriquement convenu mais notre homme n'aimant pas franchement mouler ses pectoraux, le 38 s'est avéré parfait, sans rien de trop. Par contre, je suis bien marrie pour vous mais monsieur refuse d'exposer sa chair en ces lieux donc vous allez contempler le morceau sur une créature d'obédience femelle que vous connaissez bien :

    V comme Victoire

    V comme Victoire

    V comme Victoire 

    J'aurais du prendre une taille 42 pour le bas :-D

      Le jersey vient de chez Dejayle, et m'en reste suffisamment pour me faire un T-shirt, genre en début d'année prochaine. J'avais tenté l'an dernier pour moi-même un T-shirt col V à l'aide du patron gratuit de Patrons Gâteau mais ç'avait été une boucherie, surtout à cause de mon jersey trop fin et trop laxe, me dissuadant de retoucher à la maille avant un certain temps. J'étais bien bête. C'était comme se dire qu'on va dorénavant éviter le chaîne et trame parce qu'on a pas réussi à coudre proprement un bout de viscose fuyante.

    V comme Victoire

      Gros plan sur la qualité moyenne des finitions. C'est cousu avec le point superstretch de la machine, en points pas trop rapprochés. La bande d'encolure a été étirée d'environ 10% par rapport au corps du T-shirt, et sa largeur est un peu inégale.
    Pour une prochaine version, j'agrandirai un peu l'encolure. Je prendrai aussi du fil mousse pour le dessous des piqûres doubles.


    9 commentaires
  •   Dans la série "les envies couture qui vous prennent comme une envie de ch....anter", voici aujourd'hui une jupe signée Karl Lagerfeld publiée dans le Burda d'octobre 2010 (la 136). La faute à Monsieur qui a croisé notre homme rue Cambon la semaine passée. "Il a l'air d'une mamie", m'a-t-il dit. "Son patron de jupe mérite un ré-examen" me suis-je souvenue. En effet sa coupe taille haute/plis/revers fait mouche pour moi, et il restait de la gabardine satinée de chépakoi verte de la Burdini en mourance dans le sac à coupons. Le relatif intérêt de Monsieur constituait une source de motivation supplémentaire, parce que d'habitude j'ai l'impression de trimer dans la même pièce que Tryphon Tournesol (*considère le projet tout juste fini* "pas mal ton chemiser, mais tu fais tout le temps le même ?" "...ah non mon chéri, c'est une jupe que je viens de terminer...").

    Signé Lagerfeld

    Signé Lagerfeld

      J'ai rallongé de 3 centimètres, et je trouve la longueur très bien ainsi. Taille en 38 / Hanches en 40. Élastiques de 2cm de large au lieu de 2,5cm dans la ceinture dos.

    Signé Lagerfeld

    Signé Lagerfeld

    Avec un tissu aussi raide, sûr, elle ne remonte pas.

      Je n'ai pas réussi à saisir si on était sensé coudre une nervure tout le long du grand pli, et l'ai fait pour augmenter la netteté du produit fini. J'ai aussi thermocollé mon revers in extremis après la première couture d'assemblage sinon il s'ouvrait comme un rebord de bateau en papier détrempé. Revers finalement surpiqué lui aussi. Sur ce tissu la moindre tension générée par une piqûre hasardeuse saute au yeux.

    Signé Lagerfeld

    Ira-t-elle bien avec le futur gilet trop grand ?

      Pour l'assemblage de la ceinture à la jupe au dessus de la fermeture, j'ai essayé la "beuh-weedo" method expliquée par Janet Pray dans son cours "Sew better, sew faster : advanced industry techniques" sur Craftsy. Avec un tissu ferme et épais comme le mien je ne suis pas hyperconvaincue que ce soit la technique la plus propre possible (il y a tout de même un décalage sur l'axe vertical et la partie droite de la jupe fronce sous la ceinture. Et puis surtout, cette méthode oblige à coudre la partie externe de la ceinture après la partie interne. Alors certes on voit ce qu'on fait, mais on voit surtout que quand on n'a pas de double entraînement on est obligé de rajuster la partie supérieure sans arrêt et qu'à moins d'être une déesse de la mécanique, la surpiqûre n'est pas régulière.

    Signé Lagerfeld

      Les poches prises dans les coutures sont d'un genre un peu spécial, puisqu'il y a qu'un seul fond de poche à coudre, décalqué sur l'autre qui est inclus sur la pièce de dos. Sur une couture courbe, ce n'est pas très intuitif (la courbure de la poche contrarie celle de la jupe) et au final ça poche un peu (lol).

    Signé Lagerfeld

      La jupe fonctionne mieux avec cette chemise et ce collant. Portée deux jours et déjà une tache de gras dessus. Ça porte bonheur paraît-il.


    13 commentaires
  •   Oie, bon peuple, j'ai cousu du République du Chiffon. Il s'agit du top Liliane, un modèle du livre "Un été couture" sorti il y a deux ans chez Tutti Frutti, croisé estampillé d'une étiquette jaune chez Gibert cet été, embarqué pour voir ce qu'il avait dans le bide, sorti dimanche soir à 22h à la faveur d'un alignement planétaire : "Scorpions, ce soir votre désir de blouse se réveillera et trouvera son objet".

      Ce haut ne m'avait pas spécialement tapé dans l'œil à première vue (ma préférence allait plutôt vers les robes Éléonore, Éloïse ou Marion), mais il s'est trouvé qu'il correspondait à ce dont j'avais envie : une petite blouse ajustée à porter avec une jupe ou un pantalon.

      Un coup d'œil aux réalisations de ce modèle par les internautes a permis de me rendre compte que quelques modifications a priori seraient nécessaires : je trouvais la pente épaule trop accentuée, la pince poitrine trop haute, l'entournure ric-rac, et la longueur très juste. J'ai donc décalqué une taille M-L (38/40) allongée de 10cm, abaissé la pince poitrine de 2cm, réduit la pente d'épaule d'1cm réparti devant et au dos, creusé et abaissé l'entournure (2cm gagnés), légèrement augmenté la largeur de manche de façon à se retrouver avec 2cm d'embu au lieu de 3cm initialement.

    Joséééééé !

    Rien de trop sur la longueur, hein ? 

       N'ayant pas trouvé de directive sur la gestion de l'embu épaule et manche, j'ai soutenu les deux avec des fils de fronce et n'ai pas cherché à suivre les indications lors de la réalisation du modèle, qui ne comporte pas de complication. Il n'est pas indiqué non plus si le bord des deux pans du dos est sensé correspondre au milieu dos, et comme la fermeture par de petits liens laisse une bande de peau apparente, j'ai modifié la parementure de façon à obtenir un parement d'1cm pour obturer ce vide. Et, chose incroyable, j'ai abaissé la hauteur de la taille.

    Joséééééé ! 

      Conjonction astrale gagnante également pour le tissu extrait du sac à coupons : l'attente fut longue pour ce Liberty Mauverina A, teint au thé pour cause de couleur initiale trop claquante. Une blouse était ce qu'il méritait de mieux. Par contre ça reste du Tana lawn : entre porter ça ou un courant d'air, la différence est mince.

    Joséééééé !

    Joséééééé !

    Une blouse qui ne poche pas un peu dans le dos, ce n'est plus une blouse...

      Au final je suis contente de ma blouse : pas de problème de carrure, ajustements au poil, et tissu qui va bien. Micro-trucs à modifier si je la refais : abaisser la pince poitrine d'encore 1cm et diminuer un peu la largeur en bas parce que ça fait un bec sur les côtés.

    Joséééééé !

    Joséééééé !

     


    9 commentaires
  •   Madame Taillefine, comme nous l'allons voir tout à l'heure, désirait une robe de genre pour aller pratiquer le Lindy Hop et accessoirement pouvoir rentrer gratuitement dans les soirées dansantes. Après sélection de quelques modèles dans les archives, son choix s'est porté sur la robe 108 du Burdastyle de janvier 2011.

    Do You Wanna Dance ?  J'avais pour ma part une préférence pour la première dauphine, la jupe Madeleine de Victory Patterns qui accompagnée d'une blouse aurait parfaitement fait la blague. Nous avons été choisir le tissu chez De Gilles : un polyester nerveux, légèrement transparent et parsemé de gros pois tissés brillants.

    Do You Wanna Dance ?

      Nerveux donc difficilement domptable : tirage de langue au moment de marquer les plis au fer et beaucoup de couture à la main pour des finitions régulières. Les bracelets de manche, le col et les pattes de boutonnage ont été entoilés avec un reste du tissu de cette robe. Moult petits boutons marine et argentés relèvent délicatement le tout.

    Do You Wanna Dance ?

    Do You Wanna Dance ?

    Do You Wanna Dance ?
      Ce fut le ravissement à l'essayage : tout tombe parfaitement sur la demoiselle. J'avais raccourci les manches d'un bon centimètre et il se trouve qu'elle se terminent ainsi juste au dessus du niveau de la ceinture. Assez circonspecte à la vue du modèle réalisé dans le magazine, mes espérances se sont vues dépassées par le résultat, qui récompense largement les heures passées dessus.


    16 commentaires
  •   J'avais envie d'une jupette à plis et ne savais par où commencer. Pour rentabiliser le numéro de juillet 2011 et mettre les chances de mon côté, je me suis encore appuyée sur Burda avec le patron de jupe n°111.

    Midi à ma porte

    Qui existe également en version longue et ceinturée (n°112)

    Midi à ma porte

      Et, grâce à l'application de savantes formules mathématiques dont l'enseignement n'est prodigué que dans les écoles d'élite, ai obtenu ceci :

    Midi à ma porte

     Comme vous êtes d'incorrigibles curieux doublés d'incorrigibles envieux, voici les modifications à apporter pour reproduire ce prodige.

    Générales :
    - réduction de 4,5cm de la largeur de l'ouverture de la poche.
    - déplacement du pli devant à 1cm de la naissance de la poche.
    - déplacement de la fermeture à glissière au dos (j'avais bien aimé le résultat sur la mini-jupe)
    - ajout d'une ceinture de 5cm de haut : deux pièces légèrement courbées pour le dos et le devant. J'ai orienté la petite courbure vers le haut car j'ai la taille haut placée.

    Midi à ma porte


    Anatomiques :
    - après avoir hésité à fondre les deux pièces dos en une au pli, j'ai finalement gardé la couture milieu pour en conserver l'opportune courbure  #teamgroscul
    - partie sur une taille 38 (enfin 19, puisqu'il s'agit d'un modèle pour stature de 160cm), les côtés ont été élargis au 40 pour les hanches et le bas.
    - longueur augmentée de 2cm.

    Midi à ma porte

    Ornementale :
    - comme on a vu un paquet de jupettes ainsi relevées de passepoil à la taille et sur l'ouverture des poches, j'ai fait pareil.

    Midi à ma porte

    Matérielle :
     - coton japonais trouvé chez Inès patchwork. Celui-ci est assez épais, souple, avec de petits carreaux gris-kaki tissés, d'un toucher doux et moelleux irrésistible. Fermeture et tissu à passepoil de récup'.

    Midi à ma porte 


    Un avis final ? Ben quand je vois l'asymétrie du devant j'ai envie de me taper et j'aurais du entoiler la ceinture. Sinon j'aime bien la forme générale. Après, ça reste une jupe courte donc faudra voir à l'usage... Au moins le tissu est suffisamment sobre et doudou pour me donner envie de la porter.


    17 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique